Connect with us
Variation sur le style

Tendances Make-Up

Variation sur le style

L’idée initiale de cet article était de vous présenter différents styles de maquillage, d’époques différentes, mais véhiculant aujourd’hui un message fort de désir de singularité. Des styles adoptés parfois tel quel, parfois légèrement remaniés. Mais je me suis interrogée sur les codes et les règles inhérents à ces styles. Ce matin, j’ai écouté une interview de Steve Strange [Leader du groupe Visage, une des figures de proue du genre musical sythpop], qui parlait du New Romantic [Mouvement culturel débutant fin des années 1970, incarné, entre autre par David Bowie, Spandau Ballet, Visage, Boy George / Culture Club], mettant un poing d’honneur à ne pas définir ça en tant que style ou mouvement, car en le qualifiant ainsi, il serait déjà dépossédé de son ADN. Il prend comme exemple le style Punk qui est devenu finalement une mode fashion, adoptée par un grand nombre de personnes. Un Punk, rattrapé par la codification qu’il voulait tant fuir.

 

 

La singularité en 2020

 

Aujourd’hui, l’expression d’une certaine singularité passe bien trop souvent par une vision cliché de certains styles. C’est, bien sûr, parce que l’homme a un besoin d’appartenance, qui le pousse à adopter une singularité empruntée à d’autres. Aux travers de discussions, et d’observations, on se rend vite compte qu’il y a une certaine approche copier-coller du style, et cette approche freine la créativité et l’expression de soi. Alors que le désir de singularité vient d’un profond besoin d’expression, que les « règles » viennent museler.

 

 

Aujourd’hui, on vit dans un monde, où on voudrait que le style vestimentaire, ne soit pas un marqueur. On souhaite que les crop-top ou les mini-jupes ne soit pas sexualisés, et que les tenus Punk ne soient pas provocantes. Hors, la mode, le maquillage, sont fait pour être des marqueurs. L’histoire de la mode, nous raconte pourquoi, dans l’immédiat, il est impossible de dissocier un style, un vêtement, de son histoire. En sémiologie, on apprend que chaque objet a une signification. Lorsqu’on désire une pièce de mode, on la désir d’avantage pour sa signification, pour porter sur nous son histoire.

Désexualiser, et « consensualiser » tous les styles n’aurait aucun sens et ferait mourir l’art de la mode. La Mode, comme tous les arts, est là pour provoquer, procurer des émotions, des sensations. Faire mourir le signifié du signifiant rendrait la mode insipide : Que seraient les pairs de Louboutin sans leur dimension fétiche ?

Petit exercice pour vous démontrer que le vêtement, et le style est un vecteur de communication immense dans nos relations sociales :

Prenons en exemple l’affiche du film Angel, on voit la même actrice, prenant la même pose des deux cotés de l’affiche, et pourtant on distingue clairement quel coté représente Molly, la collégienne, et quel coté représente Angel la prostitué d’hollywood Boulevard.

Angel

 

Autre exemple avec les Tuche, qu’on peut instantanément qualifier de beaufs, même sans avoir vu le film.

Tuche

 

Tout ça pour quoi ?

 

Loin de moi l’ambition de changer le monde, j’avais juste envie de partager avec vous cette analyse et peut-être vous inciter également à la réflexion. J’ai principalement envie de travailler sur ma créativité, d’essayer de sortir des sentiers battus, de réellement créer plutôt que de recopier ou d’adapter des choses faites et refaites. J’ai toujours considéré mon maquillage comme un moyen d’expression et j’ai aujourd’hui envie de marcher dans mes propres pas.

Boy george

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Connect
Inscrivez-vous à la Newsletter

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour ne rien manquer de l'actualité Make-Up.